Search Login

Urkund à l’Université de Canberra

« La détection du plagiatdevrait aider plutôtque punir. »

Un outil pédagogique utile plutôt qu’un système de détection répressif, telle est la façon dont l’Université de Canberra conçoit la mise en place d’un système de détection efficace sur Internet pour identifier le plagiat dans les essais des étudiants. Depuis maintenant trois ans, l’Université utilise Urkund pour identifier les similitudes rédactionnelles dans les travaux que lui soumettent ses étudiants.

University of Canberra

Arshad Hussanee de l’Université de Canberra trouve de nombreux avantages à détecter le plagiat. Au cours des trois dernières années, l’Université a utilisé Urkund pour identifier les corrélations textuelles dans les essais, mais aussi pour former et guider les étudiants aux techniques de citation des références et des sources.

University of Canberra

L’Université de Canberra utilise le programme Urkund comme un outil de détection du plagiat dans les essais et les travaux de recherche des étudiants. Certains pourraient prétendre qu’il permet de démasquer les tricheurs, mais la motivation première n’est pas la répression. Les universitaires y voient plutôt un outil d’apprentissage – un moyen de familiariser les étudiants au droit d’auteur, à la citation des sources et aux techniques de présentation des références.

La formation aux techniques de citation des références est essentielle

« Nos universitaires insistent sur la gravité du plagiat. Les étudiants bénéficient toujours d’une formation approfondie sur les énumérations des sources et les techniques de citation. Ils savent que leurs travaux seront vérifiés par Urkund, et les enseignants considèrent le programme comme un outil pour guider les étudiants et non pas comme un système de sanction », explique Arshad Hussanee, le responsable de l’apprentissage en ligne de l’Université de Canberra.

La mise en œuvre d’Urkund a été efficace. La charge de travail des examinateurs a augmenté de manière significative lors de la période de mise en route d’Urkund. Il a été constaté une augmentation de la proportion des essais d’étudiants contenant un plagiat considéré comme inadmissible. Ceci nous a permis d’acquérir des connaissances indispensables pour la mise en place de mesures préventives.

« Dans un premier temps, le nombre d’étudiants pris en flagrant délit de plagiat à l’Université de Canberra a considérablement augmenté, mais au fil du temps, nous avons constaté une diminution de ces actes. Cela démontre la nécessité d’attirer l’attention sur le problème et l’importance de la formation. »

Un effet particulièrement dissuasif

Le simple fait de savoir que les dissertations des étudiants seront analysées par un puissant programme de détection du plagiat s’est avéré des plus efficaces.

« L’objectif préventif de la détection de plagiat est essentiel. Lorsque les étudiants prennent conscience de l’utilisation d’Urkund, ils sont moins enclins à chercher des raccourcis. Essayer de tromper le système exige en fin de compte plus de ressources que de s’atteler immédiatement à bien faire », remarque Arshad.

Arshad Hussanee estime qu’Urkund est un logiciel convivial, ce qui s’est avéré crucial pour faire adhérer les équipes à cette technologie.

« Lors de la mise en œuvre d’une nouvelle approche, il est important que le système soit facile à utiliser et qu’un support de qualité soit fourni, sinon il sera difficile d’obtenir la collaboration de tous. »

Arshad Hussanee estime également que la facilité de raccordement d’Urkund à la plateforme d’apprentissage utilisée par l’université [Moodle] constitue un avantage indéniable pour l’Université. Par ailleurs, il est inutile d’installer un logiciel compliqué et l’interface est extrêmement conviviale.

« Le coût, la facilité d’utilisation, le support et l’effet préventif sont les principaux avantages du programme de détection de plagiat Urkund. J’ai déjà recommandé Urkund à d’autres universités, grâce à son bon rapport qualité-prix. Et je suis particulièrement impressionné par le support offert par Urkund. Il est d’un niveau bien plus élevé que celui auquel je suis habitué avec les services basés sur le Web », conclut Arshad Hussanee.