Search Login

Urkund à la CBS (Copenhagen Business School)

La détection du plagiata renforcé une certaine prise de conscience à la CBS

Avec plus de 20 000 étudiants, la Copenhagen Business School (CBS) est la plus grande école d’économie d’Europe du Nord. Elle applique une politique très stricte en matière de plagiat des thèses de recherche et des travaux d’étudiants. L’année dernière, suite à des évaluations approfondies, la CBS a décidé de commencer à utiliser Urkund afin d’identifier les similitudes rédactionnelles dans les thèses présentées par les étudiants – une mesure qui a rapidement augmenté le volume de plagiats détectés.

jkb3-cbs

« Le nombre de cas de plagiat décelés dans les essais des étudiants a augmenté depuis l’introduction d’Urkund, ce qui a donné lieu à des discussions et à une prise de conscience accrue », a déclaré Joshua Kragh Bruhn, expert en informatique de la CBS.

CBS Copenhagen Business School

Joshua Kragh Bruhn est expert en informatique de la CBS et responsable de l’administration d’Urkund. Il supervise également l’utilisation du programme de détection du plagiat par les équipes d’enseignants.

« Nous avons adopté URKUND au printemps 2014, après avoir utilisé auparavant un outil de la concurrence. Nous n’étions pas satisfaits du programme précédent de détection du plagiat, et nous avons procédé à un examen méthodique afin de trouver le bon outil », précise Joshua Kragh Bruhn.

Le support et la convivialité sont essentiels

Joshua précise qu’il a trouvé des défauts dans tous les programmes de détection du plagiat étudiés, et qu’il est difficile d’obtenir une concordance textuelle parfaite. Mais les critères considérés comme essentiels étaient la convivialité et le support, et Urkund s’est avéré sur ces points plus performant que les autres.

« Urkund est extrêmement facile à utiliser. « Il est accessible par courriel, la transmission des textes est facile et vous obtenez en retour un rapport très clair. C’est un atout précieux pour nous, plus le système est compliqué, moins nos équipes seront disposées à l’utiliser », remarque Joshua.

Aider les équipes à détecter le plagiat et leur prodiguer des conseils s’est avéré une activité extrêmement chronophage. Il a dû faire face à de nombreuses réticences quant à l’utilisation de l’outil.

Certains des essais de la CBS sont encore remis sous forme imprimée, mais l’université envisage d’introduire graduellement un système de remise des travaux des étudiants entièrement numérique. Les essais numériques sont actuellement transmis via la plateforme d’apprentissage Moodle, qui d’après Joshua est parfaitement compatible avec Urkund.

« Les essais sur papier doivent d’abord être numérisés avant d’être publiés sur URKUND, et il n’est donc pas nécessaire de passer par la plateforme d’apprentissage – c’est un processus simple avec transmission directe par courriel », ajoute Joshua.

Outil répressif ou pédagogique ?

Le nombre de cas de plagiats détectés a augmenté de manière significative lors de la période de mise en route d’Urkund.

« Nous avons clairement remarqué une multiplication des cas de plagiat depuis l’introduction d’Urkund, ce qui signifie sans doute qu’auparavant une grande proportion de ces actes n’étaient pas décelés. Cela prenait beaucoup trop de temps aux enseignants de procéder à leurs propres contrôles de plagiat. L’automatisation a permis de démasquer davantage de coupables », explique Joshua.

Étant donné l’augmentation du nombre de cas de plagiat détectés, la question se pose à la CBS de savoir comment les enseignants doivent utiliser Urkund – c’est-à-dire comme un outil pédagogique indicatif ou comme un système de détection répressif ?

« Certains enseignants l’utilisent comme un système de détection, mais la plupart d’entre eux utilisent les rapports d’Urkund comme base de discussion avec les étudiants pour aborder la question du plagiat. Personnellement, je pense que la détection du plagiat devrait être la dernière étape d’un programme de mesures préventives pour lutter contre le plagiat. Et je suis convaincu que la CBS évolue en ce sens », conclut Joshua Kragh Bruhn.